Recevoir une alerte e-mail

Je souhaite être alerté

Berjalie
  • S'abonner
  • Format : 40X60
    Edition de 5 (+ 1 tirage d'auteur)
    Tirages en vente : 2/5 : 990€

  • Format : 60X90
    Edition de 3 (+ 1 tirage d'auteur)

    Tirage en vente : 2/3 : 1950€

  • Format 80X120
    Edition de 1
    Tirage en vente N°1/1 : 3300€

  • Tirage jet d'encre sur Epson premium Luster réalisé par jean-Luc Denoix du studio AJL

  • Contact

    Contactez moi par e-mail ou par téléphone

    +33 6 60 07 30 63

Berjalie

Bertrand Desprez

Bourgoin Desprez Rugby

Un mot sur l'oeuvre

BDES003
En 2010, Bertrand Desprez, le photographe et Jean-Christophe Collin, le reporter, partent pour L’Equipe Magazine à Bourgoin, petite ville de l’Isère et grande ville de rugby. Ils ont une semaine pour raconter ce cador du TOP 14 en détresse.
Ce championnat réduit à une élite très resserrée est en passe de redessiner la carte de France du rugby français. Aujourd’hui, les grandes métropoles Paris, Lyon, Toulouse, Clermont, Toulon ou Montpellier ont pris le pas sur les bastions historiques, Agen, Dax, Tarbes, Narbonne ou Béziers, qui doivent se contenter de survivre en PRO D2.
A l’époque, Le CSBJ lutte pour sauver sa place dans l’élite. Il n’y parviendra pas et finira en fin de saison par rejoindre ses semblables.
Raconter ce club et aussi cette région indéfectiblement liés à ce sport et dont tous les anciens même ceux qui n’ont fait qu’y passer ne peuvent parler sans des trémolos dans la voix....C’était le projet.
En se baladant dans la campagne autour de ce gros bourg, ils tombent sur ce pré...

Le témoignage de Bertrand Desprez

Dans ce genre de sujet, le défi est de trouver la photo d’ouverture, celle qui dit tout.
Les tribunes pleines de bruit et de fureur du stade Pierre Rajon n’étaient pas si différentes des autres. La ville n’était pas, comme on pourrait s’y attendre, uniquement constituée de maisons peintes en ciel et mauve, les couleurs du club.
J’avais déjà fait plein de choses, photographié un soir de match, des anciens, des fans, l’école de rugby. J’avais déjà de bonnes images mais aucune qui n’aurait pas pu être faite ailleurs.
Avec Jean-Christophe, on roulait à l’aventure autour de la ville pour prendre la mesure de cette «micro région», la Berjalie. J’étais au volant et c’est lui qui a vu ça le premier : ces poteaux posés là, ce truc improbable.
Nous nous sommes regardés sans avoir besoin de beaucoup parler. Un vrai clin d’oeil du destin.

Le choix de Jean-Denis

Alors rédacteur en chef de L’Equipe Magazine, je n’avais évidemment pas eu besoin de réfléchir pour choisir cette image pour ouvrir le sujet. C’était comme une évidence. Ça fonctionnait à merveille.
Cet endroit étrange était parfait pour raconter la folle passion de cette ville et sa région pour son sport. On aurait pu se croire en Nouvelle-Zélande.
Cette photo en dit tellement et le dit si vite. Pas besoin d’un long discours, tout est là, sous vos yeux. Sans qu’il y ait la moindre place laissée à l’interprétation. Comme une preuve.
Elle peut séduire toute le monde même si elle semble si simple et si facile à faire.
Elle intriguera les simples amoureux de la photographie par l’insolite de son sujet et sa beauté formelle.
Elle résonnera dans le coeur des amateurs de rugby qui y verront un hommage à leur sport, aux temps anciens et aux valeurs traditionnelles.
Et elle se connectera directement avec l’âme des berjaliens parce qu’elle évoque avec simplicité et profondeur ce qui les entoure et ce qui les passionne.
Ce qui fait qu’on est là et nulle part ailleurs.