Recevoir une alerte e-mail

Je souhaite être alerté

Team Talk
  • S'abonner
  • Format : 30X40
    Edition de 10 (+ 1 EA)
    Tirage en vente : N°1/10 : 660€

  • Format : 40X60
    Edition de 7 ( + 1 EA)

    Tirage en vente : 1100€

  • Format 60X80
    Edition de 4 (+ 1 EA)
    Tirage en vente : N°1/4 : 2200€

  • Format 80X120
    Edition de 3 ( + 1 EA)
    Tirage en vente : N°1/3 : 3850€

    Format 120X180
    Edition de 1 (+ 1 EA)
    Tirage en vente : N°1/1 : 9900€

  • Tirage argentique à partir du négatif original réalisé par Thomas Consani du laboratoire Central Dupon.

  • Contact

    Contactez moi par e-mail ou par téléphone

    +33 6 60 07 30 63

Team Talk

Nick Danziger

All blacks changing room McCaw Nouvelle-Zélande vestiaires

Un mot sur l'oeuvre

NDAN001
A la demande de la fédération néo zélandaise qui souhaitait laisser une trace, créer un patrimoine, Nick Danziger est convié à suivre et partager la vie des All blacks durant cinq semaines à l’automne 2010.
Soucieuse d’apporter quelque chose de différent , la fédération n’a pas choisi un photographe néo-zélandais, ni même un spécialiste de rugby. Son choix s’est porté sur Nick Danziger et sa formidable capacité à raconter les hommes, leurs vies et leurs histoires.
Accompagné du journaliste James Kerr, Nick ne va pas se contenter de suivre l’équipe, il va aussi, porté par son inextinguible curiosité, parcourir le pays et passer des écoles de rugby aux paysages rudes et profonds.
Le tout fera « Mana » un formidable reportage qui a donné lieu à un livre. Un témoignage pour les années futures.
James Kerr écrit en préface qu’un changement radical s’est produit en Nouvelle-Zélande depuis ces vingt dernières années. Une sorte de redécouverte et de renaissance d’une identité culturelle unique. On pourrait dire, écrit-il, que les maoris ont commencé à  « recoloniser »  la Nouvelle -Zélande. Non pas au sens propre, mais par la transmission aux « Pakehas », les blancs, de l’importance de l’âme de ce territoire, de l’importance de l’évocation des ancêtres et de l’esprit de la terre qui encore plus que le jeu lui même les représente tous.
C’est particulièrement fort et perceptible chez les All Blacks, plus fort et plus rapide que dans la société civile. parce que cette harmonie, cette solidarité, cette envie d’être ensemble, elle est aussi et d’abord induite par ce jeu.
Vestiaires des All Blaks au Waikato stadium (Hamilton, Nouvelle Zélande) après un match contre le Pays de Galles. (29-10)

Le témoignage de Nick Danziger

Bien que n'étant pas un spécialiste, j'avais parfaitement conscience de vivre un moment privilégié et de pouvoir en témoigner.
Le discours de McCaw était global, profond. Il s'adressait autant aux anciens, qu'aux plus jeunes et aux nouveaux capés. Probablement pas totalement convaincu par l'investissement de chacun malgré le score. Il était reparti du début, du fondamental. Ça commençait par : "Be an All Black..."

Le choix de Jean-Denis

Ce pourrait être l'illustration d'une phrase à la Michel Audiard : quand Rich McCaw parle les autres écoutent.
Nous sommes après un match victorieux, tout le monde est prêt pour le banquet d'après-match, mais malgré la victoire, le capitaine a quelque chose à dire.
Nick Danziger, le photographe, témoin privilégié de la scène, me racontait que son discours était global, profond. Il s'adressait autant aux anciens, qu'aux plus jeunes et aux nouveaux capés. Probablement pas totalement convaincu par l'investissement de chacun malgré le score. Il était reparti de la base, du fondamental. Ça commençait par : "Be an All Black..."
L'image elle même est assez classique, elle tire son importance du propos qu'elle porte et de sa rareté (peu de photographes dans l'histoire des Blacks ont pu pénétrer le sanctuaire).
Elle dégage une belle énergie, on sent la force du discours à travers les postures de l'auditoire.
C'est une photographie pour bureau de grand patron, une véritable leçon de management. Sans crier, sans gesticuler, capitaine Rich gagne le respect par l'exemple et par la capacité à se faire entendre.
Très très rare, et très très fort.