Recevoir une alerte e-mail

Je souhaite être alerté

Grandma divers III
  • S'abonner
  • Format unique : 80X120 cm
    Edition de 5 (+ 1 EA)
    Tirage en vente : N°1/5 : 2200€

  • Contact

    Contactez moi par e-mail ou par téléphone

    +33 6 60 07 30 63

Grandma divers III

Alain Schroeder

corea coréen Diving plongée plongeuses

Un mot sur l'oeuvre

L’île de Jeju, connue pour ses roches volcaniques basaltiques, est située au large de la Corée du Sud. C'est la patrie des Haenyeo (dont la traduction signifie « femmes de la mer ») qui plongent en apnée au large des côtes pour récolter des fruits de mer. Portant des combinaisons modernes en néoprène et des masques de plongée à l'ancienne, ce groupe de femmes est célébré comme un trésor national par les coréens et inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.
Mais la tradition s'efface peu à peu, de moins en moins de femmes choisissent ce métier dangereux. Aujourd'hui, la majorité des Haenyeo a plus de 50 ans et beaucoup plus de 70 ans. Dans une société obsédée par l'éducation, l'avenir de cette activité physiquement ardue semble sombre, et pourtant... Les efforts déployés par le gouvernement et les communautés locales pour préserver promouvoir ce mode de vie écologique et durable a suscité un regain d'intérêt de la part de jeunes désillusionnés par la vie urbaine et désireux de retrouver leurs racines.
C'est peut-être une renaissance.

Alain Schroeder a remporté en 2019 dans la catégorie "State of the World" le concours PX3 Paris avec cette série.

Le témoignage d'Alain Schroeder

Pour cette série, j'ai décidé de faire les portraits devant un fond noir. L'idée - noir sur noir - était de bloquer toutes les distractions. Dans le cas des Haenyeo, c’était particulièrement efficace pour souligner leurs caractéristiques physiques et leurs gestes typiques.
Une fois devant le fond je leur ai demandé, par le truchement de mon interprète, de faire ce qu’elles font habituellement; ajuster leurs combinaisons et leurs masques, ou simplement montrer leurs prises (pieuvres, abalones,...) ou d’expliquer leur travail sous l’eau. Ces distractions les mettait à l’aise pendant quelques secondes devant l’appareil.

Elle met ses gants puis sa cagoule. En ajustant sa cagoule, elle veille à ne pas déchirer le vêtement en caoutchouc délicat.

Le choix de Jean-Denis