Recevoir une alerte e-mail

Je souhaite être alerté

Brasil 1
  • S'abonner
  • Format : 30X45 cm
    Edition de 14
    Tirage en vente : N°1/14 : 550€

  • Format : 40X60 cm
    Edition de 9
    Tirage en vente : N°1/9 : 880€

  • Format : 60X90 cm
    Edition de 2
    Tirage en vente : N°2/2 : 2200€

  • Format : 80X120 cm
    Edition de 1
    Tirage en vente : N°1/1 : 5500€
    + 4 épreuves d’artiste.

  • Contact

    Contactez moi par e-mail ou par téléphone

    +33 6 60 07 30 63

Brasil 1

Joao Luiz Bulcao

Brasil brazil Brésil football

Un mot sur l'oeuvre

JBUL001

Le témoignage de Joao Luiz Bulcao

AU PAYS DU FUTEBOL

C’était au Brésil, au début des années 70. J’avais sept ans et nous vivions sous la dictature du Général Médici.
Ma première émotion visuelle est liée à un souvenir d’enfance. Un match de « futebol » mythique opposait le Brésil et l’Italie, pour la finale de la Coupe du Monde au stade Aztecs, au Méxique. Ces images retransmises à la télévision, en directe et en noir et blanc, contrastaient avec celles de la foule vêtue aux couleurs de mon pays: jaune, verte et bleue qui ont envahi les rues et aux feux d’artifices multicolores qui ont explosé à la fin du match sur les places de mon quartier. La « Seleção » avait conquis son troisième titre de Champion du monde.

La junte militaire s’est appropriée de cette victoire qui a stimulé la fierté nationale. Elle l’a utilisée comme élément de propagande pour insuffler l’idée que grâce à elle tout était possible. C’est ainsi que chez moi le ballon rond a été pris en otage.

Vingt-quatre ans plus tard, j’ai participé, comme photographe à ce même rituel alors que notre équipe nationale ramenait pour la quatrième fois ce trophée tant désiré. Je me souviens des moments de folie qui ont entouré leur retour victorieux. Je me souviens d’avoir vu défiler ces héros, les bras ouverts dans les avenues de Rio de Janeiro. Le pouvoir politique avait changé de mains et nous consolidions alors l’usage de la démocratie.

Que la balle soit en plastique, en caoutchouc, en cuir, en carton, en chiffon, aucune importance. L’essentiel est que, quelque soit le terrain, elle puisse rouler. Pour nous, les Brésiliens, le ballon est synonyme de respiration.

Constituer des équipes est une invitation à la fraternité. Autour d’un ballon, il n’y a ni riche, ni pauvre. Nous nous défions tous genres et tous âges confondus. Nous jouons du nord au sud et de l’est à l’ouest dans ce pays de taille continentale.

J’ai photographié des joueurs sur les plages, dans les favelas, dans les rues, dans les prisons et même sur des plateformes pétrolières. À côté des joueurs, dans les stades, j’ai rencontré des supporters passionnés par leurs clubs, leurs équipes, leurs idoles.

Victoires et défaites sont des moments où tristesse, joie et foi s’expriment en une chorégraphie instinctive et spontanée. Chaque pas,
chaque drible, chaque but raté ou réussi, me rappellent le talent d’une de mes idoles telles qu’elles emplissent l’imaginaire de millions de joueurs anonymes.

Porter le t-shirt jaune de l’équipe nationale…où qu’ils vivent, des gamins survivent grâce à cette quête du Graal : contribuer à la victoire collective en faisant oublier leurs défaites personnelles. Combien ont vu changer leur vie? Un sur un million, diront les plus réalistes. Pelé, Zico, Romario, Ronaldo, Ronaldinho, Raï, Neymar…la plupart d’entre eux ont surgi de ghettos misérables et le
talent leur a ouvert les portes du monde!

Rêves des gamins ordinaires, le football est le reflet de l’enthousiasme que les Brésiliens ont pour la vie. Même après la défaite humiliante face à l’Allemagne (7-1) lors de la dernière Coupe du Monde en sa propre maison, le rêve perdure.

Le choix de Jean-Denis