Recevoir une alerte e-mail

Je souhaite être alerté

Ayrton Senna
  • S'abonner
  • Format : 30X45
    Edition de 6 (+ 1 tirage d'auteur)
    Tirage en vente : N° 2/6 : 990€

  • Format : 60X90
    Edition de 12 (+ 1tirage d'auteur)
    Tirage en vente : N° 2/12 : 1650€

  • Format 80X120
    Edition de 3
    Tirage en vente : N°1/3 : 2900€

  • Tirages jet d'encre sur papier Premium luster réalisés par Jean-Luc Denoix du studio AJL selon les références de l'auteur.
    Signés par tampon par Nina Gripe, fille et ayant droit de l'auteur.


  • Contact

    Contactez moi par e-mail ou par téléphone

    +33 6 60 07 30 63

Ayrton Senna

Patrick Gripe

Formula 1 formule 1 Gripe Senna Sport auto

Un mot sur l'oeuvre

( REF : PGRI003)
Morumbi, Sao Paulo, 2004
En février 2004 , L’Equipe Magazine dépêche Patrick Gripe (photographe) et Philippe Joubin (grand reporter) au Brésil en général et à Sao Paulo en particulier pour retourner sur les traces d’Ayrton Senna. La publication prépare alors un numéro spécial sur le pilote disparu pour commémorer les dix ans de sa mort (Senna est mort en course au Grand Prix d’Italie, à Imola, le 1er mai 1994).
Nous sommes dans le quartier de Morumbi, un quartier plutôt bourgeois de la mégalopole, pas très loin du cimetière où le champion est enterré.

Le témoignage de Patrick Gripe

Témoignage de Philippe Joubin (grand reporter à L’Equipe magazine)
Nous avions parcouru la ville dans tous les sens, rencontré des témoins, visité des lieux, tous ayant un rapport avec le champion. Nous étions à l’affut de la moindre trace, du plus infime souvenir et avions pu constater comme il était encore présent dans le cœur des Brésiliens en général et des Paulistes en particulier, Senna étant particulièrement attaché à sa ville.
De retour à l’hôtel, j’avais senti Patrick un peu chafouin : «j’ai plein de choses , mais je n’ai pas ce que je veux. Je n’ai pas l’image forte qui dit tout», avait-il marmonné en repartant sac sur l’épaule, seul, alors que la pluie et le vent redoublaient d’intensité. Je le soupçonne d’avoir déjà repéré cet endroit et d’y être directement allé. Mais son retour quelques heures plus tard, un sourire accroché au visage, en disait bien plus long que n’importe quel discours. Il a juste commandé au bar de l’hôtel une tournée de Caïpirinha…

Le choix de Jean-Denis

Je suis toujours sensible aux traces que les gens laissent derrière eux, et c’est souvent une matière formidable pour le photographe. Avec Patrick Gripe, il y a le plus, la petite touche. Après avoir trouvé son cadre, il s’est posté là, un long moment, pas le moins du monde dérangé par les conditions météo, avant de voir arriver ce personnage qui allait transformer par sa présence une simple illustration en grande image.