Recevoir une alerte e-mail

Je souhaite être alerté

Ali – Liston
  • S'abonner
  • Format : 11X14 inches
    28X28cm (format image)
    Edition de 350
    Tirage en vente : nous consulter

  • Format : 16X20 inches
    41X41 cm (format image)
    Edition de 350
    Tirage en vente : nous consulter

  • Format : 20X24 inches
    51X51 cm (format image)
    Edition de 350
    Tirage en vente : nous consulter

  • Photographie signée et numérotée sur marge.
    Tirage réalisé sous le contrôle de l'auteur à partir de l'ektachrome original.

  • Prix : Nous consulter

  • Contact

    Contactez moi par e-mail ou par téléphone

    +33 6 60 07 30 63

Ali – Liston

Neil Leifer

ali boxe boxing

Un mot sur l'oeuvre

25 mai 1965, à l’Arena Saint Dominique de Lewinston dans le Maine, USA
Mohammed Ali invective son adversaire Sonny Liston qu’il vient de mettre à terre durant le premier round d’un combat pour le titre mondial des lourds.

Le témoignage de Neil Leifer

"D'emblée, j'ai compris que la bonne place fait la bonne photo. Et c'est le cas avec celle-ci.
A l'instant précis du KO (après 1'42" de combat seulement !), je suis pile en face d'Ali, avec Liston étendu à ses pieds. Juste en face du lion terrassé par le chasseur ! Entre les jambes d'Ali, on aperçoit très distinctement Herbie Scharfman, mon collègue de Sports Illustrated. Il est défini, il ne peut rien faire. Ali lui tourne le dos. Scharfman était pourtant un bon photographe, il avait réalisé des clichés sublimes de Rocky Marciano, mais ce jour-là, il était hors du coup, mal placé, impuissant."

Le choix de Jean-Denis

On parle là de la photographie la plus prestigieuse de l'histoire de la photographie de sport.
Un peu l'équivalent de la Joconde pour la peinture.
Alors que dire ? pas grand chose de plus. Elle raconte Ali, elle raconte une époque où il est intouchable.
Sûr de lui et de son talent, provocateur.
Neil raconte qu'une bonne photo tient à l'endroit où l'on est placé. C'est juste oublier que malgré tout, une bonne photo est la capacité de capter l'instant décisif. Et les grands photographes le font plus souvent que les autres.